Menu

Rhinoplastie, tout se joue avant

Avoir un défaut au niveau de la morphologie du nez est l’une des premières raisons qui a amené au recours à la chirurgie esthetique tunisie

car, plus que toute autre partie du corps, l’organe olfactif se voit… comme un nez au milieu du visage ! Raison pour laquelle une rhinoplastie doit absolument se solder par la réussite. 15 000 interventions chirurgicales sur le nez ont lieu chaque année en France, soit 5 % des opérations esthétiques totales. Il est donc utile de faire la lumière sur ce qu’il faut savoir avant de s’engager dans une procédure chirurgicale.

47c434964b8b8bb8ac4a70b61c8416ee.jpg_srz_577_769_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srzComme pour toute autre intervention, la relation de confiance entre le patient et son chirurgien plasticien est impérative car elle va favoriser le dialogue entre les deux parties et, ainsi, permettre, d’un côté comme de l’autre, l’échange complet d’informations utiles au bon déroulement du processus opératoire.

Il faut, tout d’abord, savoir que l’on distingue deux types de rhinoplastie, la première étant fonctionnelle et agissant sur les composantes internes du nez, la seconde étant correctrice et intervenant sur l’aspect extérieur de cet organe. Les deux peuvent être associées.

Mais on ne se lance pas dans une telle entreprise sans être informé sur l’étape préopératoire, aussi importante que l’intervention en elle-même, car elle détermine son bon déroulement. En effet, bien cerner les objectifs recherchés est essentiel, le patient devant clairement expliquer les changements qu’il souhaite pour que le chirurgien y réponde au mieux. Travaillant sur la base de photographies en noir et blanc ainsi que de radiographies de face et surtout de profil, celui-ci procèdera au diagnostic et à une simulation qui permettra au patient de se faire une idée et de personnaliser l’intervention chirurgicale, bien entendu, avec les conseils avisés du praticien qui doit aviser de l’importance de la transformation au niveau du visage, pouvant jusqu’à en modifier l’harmonie. Et pour cause puisque chaque élément interagit avec le reste de la face et changer un nez peut aussi changer le regard, la lèvre supérieure ou l’importance du menton par rapport à la morphologie globale du visage. Une rhinoplastie peut, par conséquent, être associée à une génioplastie ou chirurgie esthétique du menton dans le même temps opératoire. Dans le cas d’une rhinoplastie fonctionnelle visant à améliorer la respiration, le chirurgien informera son patient qu’une affection chronique de la muqueuse nasale agira sur le résultat qui ne sera pas optimal. Il faut savoir, en outre, que la qualité de la peau influe également sur le résultat puisqu’une peau épaisse limite l’affinement recherché, de même que des narines larges auront un impact sur les cicatrices qui seront à l’extérieur alors que, normalement, elles sont à l’intérieur du nez.

C’est dire à quel point la phase préopératoire est essentielle à la prise de décision du patient et au protocole opératoire préconisé par le chirurgien.