Menu

La médecine et la chirurgie esthétiques ont le vent en poupe

Si la crise économique n’épargne aucun pays à travers le monde, la médecine et la chirurgie esthétiques ne semblent pas touchées par ce phénomène.

beau-visage-esthetique

En effet, les Européens n’ont jamais cessé de recourir à des actes d’esthétique médicale et chirurgicale et les prévisions poussent à l’optimisme des acteurs de ce secteur puisqu’elles présument d’une croissance annuelle moyenne de 6 % d’ici à 2019.

Les Américains du Nord et du Sud sont, pour leur part, davantage portés sur ces pratiques puisque leur croissance sur le nouveau continent est encore plus marquée, affichant des taux respectifs de plus de 7 % et d’environ 8 % par an.

Mais l’Asie peut se targuer de décrocher la palme en la matière puisqu’elle fait montre d’un taux de croissance annuelle moyenne de 13,2% jusqu’en 2019 à l’échelle mondiale.

Le rôle joué par les produits injectables dans cette évolution est prépondérant car, qu’il s’agisse de Botox ou d’acide hyaluronique, leur attrait sur les candidats au rajeunissement est notable.

Ceci s’explique du fait d’une réticence encore assez prononcée à l’égard de l’aspect invasif de la chirurgie esthétique, la médecine esthétique répondant rapidement, de façon plus simple et moins contraignante, et de manière satisfaisante aux besoins des patients.

Il en est de même pour les équipements de remodelage du corps à base d’énergie.

2015 est marquée par un engouement nouveau pour les traitements combinés, soit la pratique de plus d’un traitement sur une ou plusieurs zones du visage ou du corps.

Ce qui s’explique par une plus grande exigence des patients en termes de résultat, par une connaissance plus approfondie de leur part du processus du vieillissement et par une volonté d’harmonisation des diverses parties du visage et du corps.