Menu

La médecine esthétique Un produit de consommation très porteur

De plus en plus d’hommes et de femmes recourent à la médecine esthétique et leur nombre est prévu à la hausse dans les années à venir. Quelles sont les motivations et le profil de ces consommateurs du rajeunissement médical ? Il serait intéressant de le savoir afin de mieux comprendre et cerner cet engouement grandissant pour le paraître.

medecine esthétique homme et femmeSelon une étude à l’échelle européenne lancée en 2012 sur plus de 4 000 personnes, Face Value, par Merz Aesthetics, un laboratoire d’envergure dans l’univers de l’esthétique, 36 % de femmes accordent de l’intérêt aux traitements de médecine esthétique, dont 3 % y ont eu recours, et 24 % d’hommes éprouvent le même intérêt, parmi eux 2 % sont passés à l’action.

Si, en France, l’on compte 6 100 000 femmes entre celles qui souhaitent recourir à la médecine esthétique, celles qui le projettent et celles qui ont consommé, en Espagne ce chiffre est de 10 900 000, au Royaume Uni il est de 13 300 000, en Italie il est de 13 800 000, en Allemagne il est de 14 700 000 et, record européen, en Russie il atteint les 34 100 000 !

Les raisons de cet intérêt pour l’embellissement ou le rajeunissement médical se trouvent dans le culte grandissant pour l’apparence, cette préoccupation majeure tant chez les jeunes que chez les moins jeunes.

En effet, la vie est aujourd’hui considérée comme un terrain de compétitions à mener sur les plans professionnel, social et sexuel et être physiquement bien loti permet d’avoir une plus grande confiance en soi et représente un facteur de réussite tant dans la vie privée que dans l’entreprise. Dans cette course au paraître, il est évident que le vieillissement est perçu comme un amoindrissement personnel et une tare qu’il faut à tout prix combattre et s’en donner les moyens génère un sentiment de maîtrise des effets du temps qui n’est pas pour affaiblir une assurance acquise avec les interventions successives de médecine esthétique.

Ainsi, acide hyaluronique et toxine botulique sont devenus les meilleurs amis de l’homme, puisqu’une grande majorité des personnes interrogées, hommes ou femmes, considèrent ces injectables comme un « bon soin », donnant accès à une jeunesse plus longuement vécue. Ils sont, pour cela, perçus favorablement et mieux acceptés, ce qui n’était pas encore le cas dix ans plus tôt. Il faut croire que les injectables vieillissent bien ! Au point que d’aucuns pensent qu’ils deviendront, dans dix autres années, aussi banals qu’un bâton de rouge à lèvres !

Source : http://www.nouvelles-esthetiques.com/magazine/septembre-2014/le-succes-des-injections-